Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 19:05

C'est avec sa discrétion habituelle, mais avec une grande fierté que Nicolas a évoqué son grand-oncle; le frère de sa grand-mère Georges PERSEVAL (1920-2009)

Voici quelques données issues des sites Internet Wikipédia et Généanet disponibles:

Georges Hubert Alexis Perseval est une personnalité militaire française, né le 19 novembre 1920 à Chamery (Marne) et décédé le 10 février 2009 à Rochefort-sur-Mer.

Général de division aérienne, pilote de chasse, il connaîtra une carrière marquée par la Seconde Guerre mondiale, le conflit d'Extrême Orient, la crise du canal de Suez, la modernisation des unités de chasse, du de Havilland Vampire au Mirage III.

Parcours militaire:
Distinctions:

Grand Officier de l’Ordre national du Mérite.]

Nicolas C. et l'Equipe AEC. Juin 2015

Nicolas rend hommage à son grand-oncle Georges PERSEVAL
Nicolas rend hommage à son grand-oncle Georges PERSEVAL
Le Général PERSEVAL élevé à la dignité de Grand Officier de l'Ordre National du Mérite, par le Président de la République Jacques CHIRAC en 2003

Le Général PERSEVAL élevé à la dignité de Grand Officier de l'Ordre National du Mérite, par le Président de la République Jacques CHIRAC en 2003

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 19:02
Hist&A. La nouvelle publication de l'Association Histoire et Archéologie de Nanteuil.

C'est une nouvelle formule de publication qui nous est proposée de découvrir ce mois-ci par l'Association Histoire & Archéologie de Nanteuil-le-Haudouin. En effet, ce premier opus, à mi-chemin entre le livre et le bulletin, entre érudition, parution scientifique et publication grand public, se lit avec grand plaisir. A lire donc, sans modération les articles de nos amis Régis Moreau, Pierre Tandé, Philippe Racinet, Pierre Chaix. Bravo à J.Noel Wallemacq pour la réalisation.

L'Equipe AEC

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:58

C'est avec un grand plaisir et un grand intérêt que nous nous sommes procurés le dernier bulletin de la S.H.A.V. Parmi les articles d'Histoire locale, à découvrir celui de Frédéric GONDRON intitulé " La Ligne Chauvineau; une ligne fortifiée aux portes de Paris".

L'Equipe AEC

Nouvelle publication de la S.H.A.V.
Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:54

Jeudi 2 Juillet par une journée très chaude , les élèves de l'AEC sont revenus au collège pour mettre un terme à cet épisode 9 de l'AEC "Archéo-Blockhaus", de manière conviviale et faire avec leurs enseignants une rando VTT dans les bois de Macquelines jusqu'à Lévignen en suivant en partie le tracé de l'ancienne voie ferrée du Valois.

Dix d'entre eux ont répondu à l'appel et sont revenus au collège après les épreuves du DNB. Coté accompagnement, outre M.Abran, M.Broissard et Mme Kouki se sont greffés M. Colin ainsi que Mme Abruscato et Mme Boucaut; nouvelles recrues pour l'AEC 2015-2016. Nous leur souhaitons la bienvenue. Avant le départ, un bilan de l'action a été faite en classe et les élèves ont pu s'exprimer sur ce qu'ils avaient vécu tout au long de l'année. Ils se sont remémorés les cérémonies commémoratives des Taxis de la Marne, de Nogeon, de Rethondes et la visite des carrières de Montigny,le 11 Novembre à Betz avec l'inauguration de la plaque aux soldats marocains, l'exposition,l'intervention de Seine-et-Marne 14-18 et surtout celle qui les a le plus marqué: la conférence de Mme Geneviève LE BERRE. Une année bien remplie!

La randonnée entre bois et champs fut très agréable et ponctuée d'une pause pique-nique à Lévignen. Le retour après le repas fut moins évident, mais les élèves ont pu voir en passant les blockhaus de la Ligne Chauvineau que d'autres générations d'élèves ont remis en valeur.

De retour, les plus courageux ont fait une mémorable partie de foot dans la cour du collège.

Cette fois, c'est bien fini. Bonnes vacances à tous.

Reprise des activités de l'AEC en Septembre.

L'Equipe AEC

M.Broissard souriant juste avant sa chute de vélo!!!

M.Broissard souriant juste avant sa chute de vélo!!!

Reposant l'AEC?   Pas si sûr!

Reposant l'AEC? Pas si sûr!

Hugo spécialiste du "soleil"...

Hugo spécialiste du "soleil"...

Pause pique-nique et détente à Lévignen

Pause pique-nique et détente à Lévignen

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:51

On y est passé devant des années durant et personne ne l'avait remarqué, masqué par le mur de clôture d'une maison de Lévignen. Bien mâlin celui qui aurait deviné sa présence. Pourtant il est là depuis 75 ans. Seuls les Anciens du village s'en souvenaient et encore... C'est en passant devant ce mur il y a quelques semaines à peine, que notre attention fut attirée par ce qui semblait bien être une embrasure de tir rebouchée. Nous sommes allés chercher sur le site de la Ligne Chauvineau, s'il y avait bien, ou s'il y avait eu, un bloc ici. D'après les recherches de M.Beuscart, le spécialiste de la Ligne, il s'agit du bloc référencé 22L situé au lieu-dit de l'Etoile sur la RD 332. C'est un type "bouclier" avec joues latérales arrières pour mitrailleuse ou canon AC de 25mm.

Peu après, profitant de la présence du propriétaire du lieu, nous avons eu la chance de pouvoir l'approcher et le prendre en photo. Une discussion fort interessante s'en est suivie avec lui sur la présence d'un bloc ici et sur l'héritage de ce petit patrimoine pour un acquéreur non averti. Il faut bien l'admettre, pour un néophyte, ce n'est ni plus ni moins un bloc de béton banal et encombrant lorsqu'il trône au milieu d'une cour, d'un jardin ou autre. Mais, il nous importe de porter à la connaissance des propriétaires l'Histoire de ces blocs, de leur rôle et de souligner le caractère patrimonial qu'ils requièrent aujourd'hui, afin d'éviter leur destruction pure et simple par ignorance ou indifférence. Beaucoup ont déjà disparu dans le secteur. Puisse cette rencontre permettre à ce bloc de subsister et à son Histoire d'être transmise.

Un grand merci au propriétaire de nous avoir permis de le voir.

L'Equipe AEC

La discrète embrasure de tir rebouchée

La discrète embrasure de tir rebouchée

Interieur du bloc 22L On distingue bien les joues latérales.

Interieur du bloc 22L On distingue bien les joues latérales.

Archive du site la Ligne Chauvineau

Archive du site la Ligne Chauvineau

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:47

Voici un très bon livre pour les amateurs de blockhaus et d'archéologie (que nous sommes) à lire sans modération sur votre lieu de vacances, y compris et surtout sur la plage!! car il y est question de la Bataille de Normandie et des traces encore visibles-ou non- dans le paysage de cet évènement considérable de 1944. De plus en plus; blockhaus et bunkers entrent dans le domaine d'investigation de la recherche archéologique et suscitent un intérêt grandissant. Pour notre grande satisfaction.

Il est l'oeuvre de 2 archéologues de l'INRAP; Vincent Carpentier et Cyril Marcigny; aux Editions Ouest-France.

Nous vous le conseillons vivement. Bonne lecture.

L'Equipe AEC

"Archéologie du Débarquement"
Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:45
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)

Romain rend hommage à l’oncle de sa grand-mère maternelle.

On a tous, plus ou moins dans nos familles un ancêtre qui fut acteur de son époque. La Seconde Guerre Mondiale comme d’autres évènements d’importance a donné son lot de héros souvent discrets, de ceux dont le nom n’est pas inscrit en lettres d’or sur des monuments, pas même cités dans les livres d’Histoire. Leur souvenir peu à peu s’efface, au fil du temps, si le flambeau de la mémoire n’est pas repris par leurs descendants. C’est le cas de Romain, et de sa famille qui conservent pieusement le souvenir de leur grand-oncle. Comme dans beaucoup de familles, les récits des exploits de cet ancêtre se sont transmis oralement, puis, la nécessité de coucher sur le papier les faits a vu le jour chez son frère René, plus de cinquante ans après. Quelques feuilles tapées puis classées dans un trieur sont le précieux récit d’une vie trop courte, brisée, marquée du sceau de Résistance, de la volonté farouche de sortir sa patrie des griffes de l’Occupant, mais aussi de l’emprisonnement, de la souffrance physique et morale. Un destin parmi tant d’autres en ces temps troublés de la guerre, mais un héros quand même pour une famille reconnaissante. Pas qu’un nom gravé au monument aux morts de son village : il s’appelait Jean TRONQUOY

Jean TRONQUOY (1921-1945). Eléments de biographie.

Jean René Tronquoy est né le 25 Juillet 1921 à Vauxbuin , aux portes de Soissons ; dans l’Aisne . Troisième garçon d’une famille de 7 enfants ; son père avait une entreprise de peinture en bâtiment et son grand-père maternel avait été instituteur. Avant guerre, il fit ses études à Soissons à l’Ecole Catholique St-Georges (Ecole de garçons). Sans que l’on sache la nature de ses diplômes, il est fort à parier qu’il y eut une solide formation comme en attestent ses qualités littéraires dont il sera question après. C’était un jeune homme doux et d’une grande gentillesse.

Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)

Puis, alors que Jean n’avait que 18 ans, la guerre éclata. Il n’attendit pas d’avoir 20 ans pour s’engager dans la Résistance locale, « animé par un grand amour pour sa Patrie » comme l’écrira son frère René, pour « une France forte que tout le monde aime et respecte ». Ses actions, qui, restent pour l’heure mal connues, lui valurent d’être inquiété et recherché par les autorités d’Occupation.

Jean, alors à peine âgé de 19 ans fit une première tentative pour rejoindre les forces gaullistes par l’Espagne. Mais ce fut un échec. Revenu à son point de départ, clandestin et démuni, il dut se débrouillé pour survivre, allant jusqu’à vendre ses livres et ses effets personnels et tenter de travailler.

Aussi, en 1941 toujours animé par une volonté farouche de servir son pays, Jean quitta le Soissonnais et s’engagea en Afrique du Nord où très vite il réussit à rallier quelques camarades pour continuer à mener la lutte.

C’est à la base aérienne de La Sénia située à 10 kms d’Oran en Algérie que se trouve alors Jean Tronquoy.

« La base de La Sénia était relativement importante. Elle comportait une longue lignée de hangars à l'extrémité de laquelle se trouvait le Poste de Commandement.

La piste était une grande surface dégagée et sans aucune végétation. Elle était bordée, vers le sud, d'un important lac salé, la Sebkra, qui nous séparait de la base de Tafaraoui occupée par l'aéronavale.

En regardant au loin on voyait, à l'horizon, les contreforts bleutés de massifs montagneux. Derrière les hangars se trouvaient les casernements. C'était de très beaux bâtiments neufs construits dans le style du pays »

Le 3 Août 1941 ; Jean et ses 3 camarades, profitant d’une permission de 24 h, eurent l’intention de rejoindre l’Armée du Général De Gaulle. Malheureusement , leur tentative échoua et les 4 hommes furent arrêtés et condamnés à de lourdes peines ; accusés et rendus coupables de trahison. La Cour Martiale les condamna le 27 Mars 1942 à mort pour ses camarades, à cinq ans de travaux forcés et d’interdiction de séjour ainsi que la dégradation militaire et civique et la confiscation de tous ses biens présents et futurs au profit de la Nation pour Jean.

Il faudra attendre le 7 Janvier 1944 pour que la Chambre de Révision de la Cour d’Appel d’Alger annule le jugement.

Ainsi durant deux ans et demi, Jean TRONQUOY connut la captivité avec ses indicibles souffrances, emmené de prisons en prisons.

A près un mois et demi d’interrogatoire, ce fut d’abord la Prison Militaire d’Oran jusqu’en janvier 1942. Puis après le jugement ;

Jean fut envoyé au Maroc, au nord de Fès d’abord, puis à Port Lyautey (aujourd’hui Kénitra) jusqu’en Août 1942. Ses conditions de détention y étaient moins dures, mais cela ne dura pas, par décision de P.Laval, ,les détenus gaullistes condamnés en Algérie durent y retourner. Ce que fit Jean le 30 Août 1942.

Il fut incarcéré à la prison civile d’Oran, puis à la centrale de Maison Carrée ( aujourd’hui El Harrach à 12 km à l’est d’Alger)

Enfin ce fut la prison de LAMBESE de laquelle fut libéré en janvier 1943. Après plus de deux ans d’incarcération, Jean retrouva la liberté , du moins en apparence car on le poussa à intégrer l’armée du Général GIRAUD. Celui-ci ; ayant sous ses ordres l’Armée d’Afrique engagée aux côtés des Alliés, mais sans lien avec la France Libre et De Gaulle dont il était d’ailleurs considéré comme le rival, encore trop près du Régime de Vichy. Jean déserta alors de cette armée pour rejoindre les :

F.A.F.L. : Forces Aériennes Françaises Libres

Port-Lyautey

Port-Lyautey

Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)

Jean Tronquoy, n’en a alors pas fini avec son engagement, malgré les souffrances endurées qui auraient pu le faire abandonner. On retrouve Jean à Boufarik (35 Km d’Ager, 15 de Blida) en avril 1943.

Puis, courant 1944 Jean intègre les F.A.F.L. au Moyen-Orient en particulier l’école de pilotage du groupe d’écoles n°11 de RAYAK en Syrie (aujourd’hui au Liban).Là, depuis 1941, la France Libre y dispose d’un groupe de chasse. Il y passe son brevet militaire de pilote d’avion en Octobre 1944.

Sa présence en Syrie, permit à Jean de rencontrer sa « marraine de guerre » avec qui il visita DAMAS.

Un Dewoitine sur le terrain de Rayak. Photo: F.X. Bibert

Un Dewoitine sur le terrain de Rayak. Photo: F.X. Bibert

C’est au poste de pilotage d’un Dewoitine 520 que Jean, devenu sergent, trouva la mort en service aérien commandé le 29 Mai 1945 à 8h, au dessus de Meknès. Il n’avait que 23 ans. Réalisant des acrobaties avec son appareil, il ne put le redresser et celui-ci s’écrasa. C’est du moins ce qui s’est alors dit. Connaîtra-t-on un jour les circonstances exactes ? Comble d’ironie, Jean devait rentrer en France un mois plus tard. La fin de la guerre venait d’être signée le 8 mai….

La nouvelle de son décès causa un choc terrible dans la famille de Jean. Sa mère fit un malaise qui, semble avoir causé sa disparition quelques mois après en 1946 .

Son corps fut rapatrié à Vauxbuin en 1949. Il y repose auprès de sa mère Suzanne née Faglin et de son père Marius décédé en 1964.Son nom figure au monument aux morts de la commune.

Cité à l’ordre de l’Armée de l’air, la médaille militaire lui a été décernée à titre posthume.

.

Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)

Tout au long de ces quelques années d’une jeunesse brisée en plein vol, Jean TRONQUOY écrivit des textes qui par chance et par bonheur sont parvenus jusqu’à ses descendants. Dans ces quelques pages écrites en captivité ou à sa libération, Jean y exprime, dans un langage souvent poétique, ses souffrances endurées, ses ressentiments face à une Humanité qu’il fustige. Il y évoque ses conditions inhumaines de captivité, la lâcheté de certains, sa jeunesse enfuie, ses désillusions. Mais , ses écrits sont aussi emprunts d’espoir « Un jour viendra le bonheur. Ce jour de joie suprême, qu’on attend et qu’on aime, viendra briser nos chaînes » dit-il. « Prenons courage. Oublions ces heures douloureuses, malheureuses. Les glorieuses victimes au bout de l’océan crient la liberté ».

Jean y exprime son patriotisme viscéral et son amour pour la France pour qui l’expression « mère Patrie » n’est pas un vain mot : « France, ma France, terre de nos aïeux, je crois en toi, comme ont cru mon père et ma mère ! » Un patriotisme teinté de Christianisme aussi dans ces paroles :

« Je crois au Christ qui t’aime…au Christ qui, en ce jour, voit tant de mains tendues vers lui… ».

« La justice de Dieu sera plus juste que la justice humaine. Lui me comprendra, me comprenant déjà, puisqu’il me donne ce courage qui est vraiment nécessaire en cette vie maudite »

On sent chez Jean Tronquoy la difficulté que peut avoir un être raffiné confronté à tout un peuple de geôliers , de prisonniers de droit commun, de forçats, lui, pétri de justice et d’humanité. Un être fragile jeté en pâture, conscient de ses limites physiques et mentales, poussé dans ses retranchements : « Mes idées ne viennent plus, ma mémoire m’échappe et mon cœur durcit ».

Romain , Elève de l'AEC 2015

Extraits de la lettre de Jean à sa marraine.

Extraits de la lettre de Jean à sa marraine.

Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Romain rend hommage à son ancêtre; Jean TRONQUOY (1921-1945)
Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 18:37

C'est avec un peu de tristesse que l'AEC a passé son ultime après-midi au Moulin de May à remettre en valeur le bloc pour mitrailleuse dit "la loutre". Pour clore le chantier les élèves ont apposé une plaque de PVC préalablement gravée au collège sous l'égide de M.Ciurlik; professeur de Technologie . De plus le radier à été complètement mis à jour et dalle néttoyée.

Ce chantier aura donné toute satisfaction et l'équipe remercie chaleureusement Monique Varry la propriétaire du lieu pour nous avoir donné l'autorisation d'y travailler.

Désormais, les élèves vont pouvoir se consacrer aux épreuves du DNB puis à leur orientation. Nous leur souhaitons réussite et courage, en attendant des vacances bien méritées.

A Alexandre, Ely, Hugo N., Nicolas, Romain, Mattéo, Lucile, Alba, Valentin, Brice, Yannick, Damien, Julien, Erwann , Hugo B. et Justin sans oublier Mme Kouki, Mme Lelièvre, M.Broissard et M.Ciurlik; merci pour votre enthousiasme et pour ce beau chantier réalisé. Prochain et dernier RDV le 2 Juillet...

L'Equipe AEC

La Loutre c'est fini!
La Loutre c'est fini!
La Loutre c'est fini!
Encoche dans le radier.

Encoche dans le radier.

La photo de fin de chantier.

La photo de fin de chantier.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 17:13

Il y a 70 ans la Seconde Guerre Mondiale se terminait. La fin d'un cauchemar commencé 5 ans plus tôt et un grand soulagement dans te monde entier. Pour marquer l'évènement; l'AEC invite tous les élèves où qu'ils se trouvent dans les communes du Valois a assister aux commémorations au monument aux morts.

Pour célébrer ce qui est aussi un renouveau , celui du retour de la Paix tant attendue, l'AEC vous propose à nouveau cette photo porteuse d'espoir, issue d'une collection privée ainsi qu'une petite anecdote rapportée par Justin; élève de l'AEC:

"A la fin de la guerre, dans ma famille est née une petite fille , qui deviendra bien plus tard une grande-tante. Ses parents, confiants en la victoire prochaine; l'ont prénommée:

FRANCE, AIMEE, VICTOIRE, DESIREE."

Des prénoms bien dans l'air du temps!

8 MAI 1945- 8 MAI 2015
Partager cet article
Repost0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 17:04

C'est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la naissance de

LOUIS BROISSARD

venu au monde le 7 MAI 2015 à Compiègne.

Toute l'équipe de l'AEC; élèves et professeurs se joignent pour féliciter M. et Mme Broissard et souhaiter longue et heureuse vie à leur fils.

Naissance à l'AEC
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'AEC"Archéo-Blockhaus" du collège de Betz
  • : Ce blog a pour but de présenter les travaux effectués par un groupe d'élèves volontaires de 3e participant à une Action Educative et Culturelle (AEC) autour de la ligne Chauvineau et plus largement dans le Valois
  • Contact

Texte libre

Recherche