Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 20:35

Aujourd'hui, nous publions l'interview réalisée par Samantha ex-élève de l'AEC et habitante d'Antilly qui s'est proposée d'interviewer M.et Mme Brimont.

Un grand merci à tous les 3.

Interview de Monsieur et Madame BRIMONT habitants d’ANTILLY

-Comment avez-vous vécu cette guerre ?

Madame BRIMONT : « je ne l’ai pas vraiment vécu à antilly car ma sœur et moi n’étions pas bien portantes, donc mes parents nous avaient envoyées à Grenoble. »

Monsieur BRIMONT : « Ma mère travaillait dans une assurance Place Vendôme à Paris et avant la guerre, puis, ils ont été délocalisés avec son assurance aux Sables d’Olonne et nous sommes restés en sécurité jusqu'à la fin de la guerre ».

Madame BRIMONT (parlant à sont mari) : En sécurité, en sécurité… c’était vite dit car tu m’a raconté que les Italiens bombardaient sans cesse. Ils avaient le couvre-feu, les rationnements…

Et mon beau père était soldat a la guerre mais ensuite je n’en sais pas plus, on était petits tu sais…

Monsieur BRIMONT : je vais te raconter une anecdote : mon grand père avait une Bugatti, et il était en centre-ville et j’étais mal en point, c’est un médecin allemand qui est venu me soigner, mais il n’est pas venu avec n’importe quel véhicule, c’était la Bugatti de mon grand-père, quand il est arrivé chez nous pour nous raconter, mon père lui à dit « ne t’inquiètes pas pour ta voiture, elle est dans le garage » choqué, mon grand-père n’a rien dit car le médecin me soignait. »

-Aviez-vous des nouvelles d’ANTILLY ?

Monsieur BRIMONT : « On savait qu’il y avait des postes d’observation, deux précisément, un dans la foret et les blockhaus ».

-Comment aviez vous des nouvelles d’Antilly ?

« Par monsieur le maire, mes parents étaient très amis avec lui on téléphonait, on envoyait des courriers… »

-Avez-vous gardé ces correspondances ?

« Non, car pour nous à l’époque ce n’était pas important, c’était de simples lettres, maintenant je sais que cela vaut beaucoup »

-Y avait-il un poste de commandement allemand ?

Monsieur BRIMONT : « Oui au 8, rue de Varinfroy, tu ne peux pas le rater c’est celui du pigeonnier »

-Saviez-vous si il y avait des refuges ?

Monsieur BRIMONT : « Oui,les carrières de monsieur TRIBOULET »

-Savez-vous se qu’il s’est passé à Antilly à la fin de la guerre ?

Monsieur BRIMONT : « Quand nous somme revenus à Antilly, les habitants qui étaient restés, m’ont dit que de BETZ à ANTILLY, les Américains ont attachés des Allemands qui sortaient de leurs cachettes, sur les tanks, comme ça ils ne se faisaient pas tirer dessus.

Et on ne manquait de rien car pour le bois, il y avait la forêt, pour manger il y avait encore des bêtes, et puis ont allait pêcher, bien sûr, les maisons avaient été visitées, mais rien de casser. »

Interview réalisée par SAMANTHA LARGOIS (EX-AEC)

Pour le compte de l’AEC Septembre 2014

Partager cet article
Repost0

commentaires

Groupe de parole à visée thérapeutique 14/10/2014 03:30

Je vous félicite pour votre article. c'est un vrai charge d'écriture. Développez

Présentation

  • : Le blog de l'AEC"Archéo-Blockhaus" du collège de Betz
  • : Ce blog a pour but de présenter les travaux effectués par un groupe d'élèves volontaires de 3e participant à une Action Educative et Culturelle (AEC) autour de la ligne Chauvineau et plus largement dans le Valois
  • Contact

Texte libre

Recherche