Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 16:06

Pour terminer la logue séquence semestrielle sur la Grande Guerre; nous proposons au groupe un téléfilm de Patrick JAMAIN:

                    BLANCHE MAUPAS:

avec Romane BOHRINGER  et Thierry FREMONT dans les rôles principaux.

Il s'agit d'un téléfilm relatant une histoire vraie; celle des caporaux de Souain "fusillés pour l'exemple'' injustement dans les tranchées de Champagne en 1915 et le combat de l'épouse de l'un d'entre eux (Théophile MAUPAS) pour sa réhabilitation.

Un très bon téléfilm qui permit aux élèves d'aborder plusieurs thèmes comme la vie quotidienne d'un village de l'arrière, la justice militaire et ses conseils de guerre, les Fusillés pour l'exemple, le rôle des femmes durant le conflit, le patriotisme, les valeurs de la République, le combat que représentent les démarches en vue d'une hypothétique réhabilitation...

L'Equipe AEC

L'affiche du téléfilm

L'affiche du téléfilm

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie - dans Ciné-club
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 15:40

Vendredi 6 Janvier; l'AEC a ouvert une nouvelle séquence consacrée à l'enfance face aux guerres mondiales. Pour commencer cette thématique qui, couvrira aussi la Seconde Guerre Mondiale; nous proposons aux élèves une séance en lien avec l'EPI de 3ème intitulé "Propagande et Engagement au XXè s.''

Occasion de faire réfléchir les élèves sur l'utilisation de l'enfance dans la propagande à des fins patriotiques le plus souvent. Cartes postales, affiches, jouets et jeux mettent en scène des enfants. Les programmes scolaires, bien avant guerre sont des supports patriotiques sous des alibis pédagogiques. En effet, problèmes de calcul, dictées, leçons d'Histoire, morales et leçons de choses inculquent aux enfants l'amour de la patrie, de l'engagement militaire, de sacrifice, de revanche.Cependant les productions de l'époque ne manquent pas d'humour; en témoignent certaines cartes postales...

Cartes postales patriotiques mettant en scène des enfants. Internet
Cartes postales patriotiques mettant en scène des enfants. Internet
Cartes postales patriotiques mettant en scène des enfants. Internet

Cartes postales patriotiques mettant en scène des enfants. Internet

Cartes postales patriotiques humoristiques.
Cartes postales patriotiques humoristiques.
Cartes postales patriotiques humoristiques.

Cartes postales patriotiques humoristiques.

Deux parcours exceptionnels d'enfants dans la Grande Guerre et utilisés à des fins de patriotisme sont présentés aux élèves. Il s'agit de 2 enfants-soldats: Désiré BIANCO et Corentin CARRE.

L'Equipe AEC

 

Désiré Bianco, le plus jeune poilu

A côté de l'hôpital militaire de Toulon, un buste de pierre semble monter la garde. Ce monument représente un garçon en uniforme. Il s'appelait Désiré Bianco. Tué le 8 mai 1915 en Turquie. Il avait 13 ans. Son nom est aujourd'hui quasi tombé dans l'oubli. Pourtant, son destin est exceptionnel: Désiré Bianco fut le plus jeune poilu et le plus jeune "mort pour la France" de la Grande Guerre.

Il était né le 4 avril 1902, à Caraglio (Italie), un bourg du Piémont. Comme tant d'autres familles pauvres de la région, les Bianco émigrent en France. Ils s'installent à Marseille, dans le quartier ouvrier de Menpenti. En 1914, Désiré a 12 ans. A l'image de beaucoup de gamins de l'époque, il veut "voir" la guerre. A deux reprises, il se cache dans un train militaire, en partance pour la Meuse. Par deux fois, il est ramené à sa famille.

Mais Désiré n'en démord pas. Le 2 mai 1915, à Toulon, il parvient à embarquer clandestinement sur le France, un paquebot chargé de convoyer le 58e régiment d'infanterie coloniale. Destination: le détroit des Dardanelles (Turquie), où, depuis février, un corps expéditionnaire anglo-français tente une percée sur le front d'Orient.

Désiré, un des plus jeunes des combattants volontaires.

Le navire est déjà en haute mer quand le soldat Louis Nicolas découvre le gamin. Impossible de faire demi-tour. Désiré, bien trop jeune pour être enrôlé, va devenir pupille du régiment. On lui confie un fusil, on lui dégote un uniforme de marsouin. Le 6 mai, la troupe débarque sur une plage de la péninsule de Gallipoli, sous les tirs de barrage des mitrailleuses turques. Le lendemain, le régiment monte à l'assaut d'un fortin perché sur les crêtes. Subissant de terribles pertes, les Français sont bloqués à 100 mètres de l'objectif. Au matin du 8 mai, ordre est donné de prendre la position, coûte que coûte. Avant de partir à l'assaut, Louis Nicolas ordonne à Désiré de rester dans la tranchée. Le lieutenant Asquier lui retire son fusil et lui donne son sabre à garder. La suite, c'est Louis Nicolas qui l'a racontée. "Quel ne fut pas mon étonnement lorsque j'aperçus Désiré Bianco qui tenait de la main droite le sabre du lieutenant et se lançait devant la compagnie en criant : "En avant, à la baïonnette !" [...] Soudain, je vis le petit Désiré chanceler et tomber."

Son corps ne fut jamais retrouvé. Pour l'enfant-soldat, la guerre n'avait duré que deux jours. Rentrés en France, ses compagnons d'armes demandent qu'on lui rende hommage. Mais son cas est hors norme. C'est avec l'accord du général Joffre, commandant en chef des forces françaises, qu'il est cité à l'ordre de l'armée, le 30 août 1916.

Le souvenir du petit héros marseillais resurgit une vingtaine d'années plus tard. En 1935, d'anciens poilus créent la Légion des Mille, une institution honorifique regroupant les 1 000 plus jeunes combattants volontaires de 1914-1918. Désiré Bianco est reconnu comme le premier d'entre eux. Emu par cette histoire, l'ex-président de la République Gaston Doumergue écrira: "Le nom de cet enfant pourrait être inscrit au Panthéon des grands Français." Le 17 mai 1936, à Toulon, lors d'une cérémonie militaire, le buste de Désiré Bianco est dévoilé, en présence de ses parents. "Son histoire, faite de courage et de dévouement, mériterait au moins d'être racontée dans les écoles", estime le lieutenant-colonel Champeaux, conservateur du musée des Troupes de marine de Fréjus. A Marseille, une avenue porte toujours le nom du petit soldat. Mais qui se souvient de sa courte existence, fauchée à 2 000 kilomètres de là, aux Dardanelles?

Source: Wikipedia

Source Internet
Source Internet

Source Internet

Qui était Jean-Corentin CARRE ?

Le 7 mai 1939, la commune de Le Faouët située au nord-ouest du Morbihan inaugure un monument en forme de menhir en mémoire de Jean-Corentin Carré. En dessous de son portrait, on peut lire sur la pierre : « A Corentin Carré 1900 – 1918, engagé volontaire au 410e Régiment d’Infanterie à 15 ans. Mort en combat aérien à 18 ans. » Le général de l’armée de l’air Weiss a fait le déplacement pour rendre hommage à cet illustre breton. Mais qui était-il?

Le 9 janvier 1900, la mère Carré donne naissance au petit Jean-Corentin. La famille Carré habite Le Faouët et est composé de neuf enfants. Jean-Corentin est sûrement le plus futé, montre des dispositions certaines pour les études et se destine à une carrière d’employé de bureau.

En 1914, la France rentre en guerre contre l’Allemagne et mobilise sa population pour se diriger vers l’est au front. Le père Carré est mobilisé et le jeune Jean-Corentin souhaite l’accompagner pour combattre à ses côtés.

A savoir, les personnes mobilisées devaient avoir au moins 20 ans. Ceux qui partaient combattre sans avoir eu un ordre de mobilisation étaient considérés comme volontaires mais les jeunes hommes devaient avoir 17 ans au minimum.

A 14 ans, le tout jeune homme est bien déterminé à s’engager mais devant le refus de sa commune à l’enrôler, il décide de quitter la Bretagne pour rejoindre la ville de Pau. Prétextant quitter la France pour partir en Amérique Latine à sa famille, il arrive dans le Béarn en faussant son identité. Il prétend alors se nommer Auguste Duthoy et être né à Rumigny dans les Ardennes le 10 avril 1897. Impossible pour le bureau de recrutement de vérifier la véracité de son identité puisque les Ardennes se trouve alors en zone occupée. Il rejoint donc la 29e compagnie du 410e Régiment d’Infanterie dont le dépôt se trouve à Rennes.

C’est ainsi que Jean-Corentin Carré est devenu le plus jeune poilu de France.

Source: Wikipédia

Source Internet
Source Internet

Source Internet

Monument à Corentin Carré. Place des halles. LE FAOUET (56)

Monument à Corentin Carré. Place des halles. LE FAOUET (56)

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 18:21
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2017

Toute l'Equipe de l'AEC vous souhaite une bonne et heureuse année 2017. Qu'elle vous apporte découvertes historiques, visites et lectures enrichissantes. Nous vous offrons le calendrier de l'année 1917 dont on commémorera le Centenaire cette année.

Nous présentons tous nos voeux à l'AEC ami du collège Guillaume Cale de Nanteuil!

L'Equipe AEC

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 18:33

C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de Françoise Bourquelot; spécialiste de l'industrie de la betterave à sucre et habitante de Lévignen. Nous présentons à ses proches toutes nos condoléances et joignons l'article d'Eric Dancoisne dans son blog "Mémoires du Valois"

L'Equipe AEC

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:46

Dans le cadre de la réforme du Collège, les élèves expérimentent cette année pour la première fois les E.P.I. (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires). Les enseignants du collège de Betz ont, pour leur part, choisi un sujet intitulé "Propagande et Engagement au XXè s." mené par les collègues de Français, Histoire-Géo et Arts Plastiques. Dans ce dispositif, les élèves ont à réaliser des tâches finales, ou analysent des oeuvres. Dans la première catégorie, tous les 3è ont rédigé des lettres de Poilus ou des carnets de guerre. Certaines productions, on l'a vu, ont pu être lues en public par les élèves de l'AEC, notamment lors des cérémonies du 11 Novembre.Dans la deuxième catégorie; celle des oeuvres étudiées, les élèves de l'AEC ont pu découvrir une oeuvre engagée, faisant partie du patrimoine de la chanson engagée, à savoir la célèbre "CHANSON DE CRAONNE". 

Grâce à ce dispositif; l'AEC pourra dès cette année participer aux épreuves orales du DNB comme elle l'était jusqu'à présent, par le biais de quelques oeuvres étudiées pour le compte de l'épreuve orale, disparue d'Histoire des Arts. Une manière de donner encore un peu plus de crédit à l'AEC "Archéo-Blockhaus"

L'Equipe AEC

 

« Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,
On va r'prendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c'est bien fini, on en a assez,
Personn' ne veut plus marcher,
Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civ'lots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s'en va là haut en baissant la tête.

Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes.
C'est bien fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Craonne, sur le plateau,
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés !

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la r'lève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain, dans la nuit et dans le silence,
On voit quelqu'un qui s'avance,
C'est un officier de chasseurs à pied,
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Refrain

C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards
Tous ces gros qui font leur foire ;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c'est pas la mêm' chose.
Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,
F'raient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,
Nous autr's, les pauvr's purotins.
Tous les camarades sont enterrés là,
Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

Refrain
(Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,
Car c'est pour eux qu'on crève.
Mais c'est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l'plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau ! »

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:28
Carte de Noel envoyée du front à Noël 1916.

Carte de Noel envoyée du front à Noël 1916.

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:16

Avant la trêve de Noel, le groupe d'AEC, réduit à la moitié de son effectif (pour cause de stage en entreprise) a fait la traditionnelle sortie à la Ferme de Nogeon, à l'invitation de Mme Gibert; propriétaire des lieux et maire de Réez-Fosse-Martin. Comme d'accoutumée, le groupe, accompagné de ses enseignants: Mme Kouki, M.Broissard et M.Abran a visité ce haut-lieu de la Bataille de l'Ourcq, notamment les terribles combats qui s'y déroulèrent les 7-8-9 Septembre 1914. Mme Gibert a fait faire le tour du propriétaire aux élèves leur montrant à l'extérieur la plaque commémorative apposée à l'entrée en 2014 pour le Centenaire, la charrue Bajac destinée à reboucher les tranchées ainsi que l'obus fiché dans un mur de la ferme. Autant de témoignages encore visibles de la bataille cent ans après! Puis, dans une salle donnant sur la cour, les élèves ont pu voir des objets sortis de terre lors des travaux agricoles, ainsi qu'un bon nombre de documents inhérents aux évènements qui se sont déroulés ici même. Une visite passionnante, guidée par une passionnée. Nous remercions chaleureusement Mme Gibert pour son accueil et pour le travail de mémoire qu'elle accomplit pour perpétuer le souvenir de ces jours terribles.

L'Equipe AEC

Sortie à Nogeon
Sortie à Nogeon
Quelques documents sur la ferme de Nogeon

Quelques documents sur la ferme de Nogeon

Sortie à Nogeon
Sortie à Nogeon
Sortie à Nogeon
Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 09:16

Dans le cadre du Centenaire de la Bataille de la Somme; les élèves de l'AEC ; accompagnés de leurs homologues du collège Guillaume Cale de Nanteuil, se sont rendus sur les champs de bataille où s'illustrèrent et périrent de nombreux Britanniques, Français et Allemands dans une épouvantable guerre de tranchées. Plusieurs sites ont été choisis pour être visiter parmi la multitude offerte par les circuits de mémoire. Parmi eux, les élèves visitèrent:

THIEPVAL: Haut lieu de mémoire avec son impressionnante arche- mémorial et son cimetière militaire franco-britannique. C'est par un temps de circonstance de Novembre pluvieux et venteux que le groupe a visité ce lieu où se déroulèrent le 1er Juillet dernier les cérémonies officielles. Des milliers de noms recouvrent les 16 piliers de ce monument construit par l'architecte Luytens et inauguré en 1932. Après la traditionnelle photo de groupe sous l'arche, les élèves ont pu voir les différents types de tombes (croix, stèles...) en fonction de la nationalité du soldat, de sa religion, de son régiment...). Un nombre important d'entre eux sont inconnus.

SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016

Après la visite du monument; le groupe a visité le Centre d'Inteprétation puis le nouveau Musée. A l'entrée; les élèves n'ont pas manqué de lire les messages laissés par les touristes sur des milliers de poppys décorant le talus. Celui-ci fut particulièrement apprécié, notamment la fresque murale dessinée par l'artiste Sacco. Au centre d'une salle toute en longueur, le visiteur peut évoluer en marchant sur des vitrines rappelant une tranchée et dans laquelle sont exposés des objets du quotidien de la guerre retrouvés sur les champs de bataille voisins. Cette collection de mobilier archéologique de la Grande Guerre nous rappelle combien celle-ci est encore présente en Picardie. Obus, matériels de guerre rouillés en tous genres sont présentés en l'état.

SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
Un message écrit par un visiteur.

Un message écrit par un visiteur.

Des poppys par milliers

Des poppys par milliers

SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
Portraits de soldats britanniques

Portraits de soldats britanniques

Douilles d'obus

Douilles d'obus

Archéologie de la Grande Guerre

Archéologie de la Grande Guerre

SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
Hommage à l'as de l'aviation Georges GUYNEMER

Hommage à l'as de l'aviation Georges GUYNEMER

Après un pique-nique frais et venteux sur la terrasse à demi couverte du musée, le groupe continua la visite direction 

BEAUMONT-HAMEL: voir le Parc Terre-Neuvien et sa fameuse statue de caribou; emblème de Terre-Neuve. Le groupe est accueilli par un jeune canadien qui nous précise le règlement. Il s'agit d'un lieu de mémoire en l'honneur de ces volontaires venus d'outre-Atlantique et alors indépendants du Canada. De très nombreuses tranchées y sont encore visibles et ont été aménagées pour les visiteurs.

SUR LES TRACES DE LA BATAILLE DE LA SOMME 1916-2016
Photos AEC

Photos AEC

Le caribou

Le caribou

Les tranchées encore très présentes dans le paysage

Les tranchées encore très présentes dans le paysage

Après la visite du parc, le groupe s'est dirigé vers le village de la Boisselle pour la visite d'un lieu aussi insolite qu'impressionnant:

le LOCHNAGAR CRATER: Il s'agit d'un incroyable témoin de la guerre des mines. Ici même le 1er Juillet 1916 à 7h28 les Britanniques firent sauter des charges explosives dissimulées dans des galeries creusées par des mineurs gallois au-dessous des tranchées ennemies. La déflagration propulsa dans les airs des tonnes de terre à une altitude de 1000m réalisant ce cratère, le plus grand de la région. Le groupe a pu en faire le tour grâce à un sentier aménagé. Impressionnant!

Le cratère et un hommage aux mineurs gallois
Le cratère et un hommage aux mineurs gallois
Le cratère et un hommage aux mineurs gallois

Le cratère et un hommage aux mineurs gallois

Pour terminer cette sortie riche en sites divers et variés, le car emprunta de petites routes de campagne pour amener le groupe voir un très étonnant monument commémorant l'attaque du bois de Mametz par les Gallois. Un petit dragon trône sur le monument rappelant le sacrifice des soldats venus du Pays de Galles. Puis retour vers Betz sous une pluie battante. Une journée malgré tout réussie et une nouvelle occasion de pérenniser notre  lien inter-AEC.

L'Equipe AEC

Les dragons de Betz et de Nanteuil
Les dragons de Betz et de Nanteuil
Les dragons de Betz et de Nanteuil

Les dragons de Betz et de Nanteuil

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 16:42

Cette année, les cérémonies du 11 Novembre se terminant à Betz, il était tout naturel que l'AEC soit présente au monument aux morts pour réitérer l'hommage rendu hier au collège à 3 soldat inscrits au monument et morts l'année 1916. Wilfried, Bastien, Paul-Adrien et Marie ont rendu hommage à Marcel BROUTIER, Louis GABEREAU et Ernest HARBOUX à la suite du discours de Mme LAGNEAU adjointe au Maire.

A la fin de la cérémonie, le cortège composé d'élus, de porte-drapeaux, de Bessins et d'anciens élèves se rendit à l'ancienne gare de Betz pour le pot de clôture. Il s'agit dorénavant d'un restaurant dont les propriétaires sont M.et Mme De la Oliva. Ceux-ci a proposé à l'AEC une prestation orale publique dans le cadre de la promotion de l'ancien abri de voyageurs, remis en valeur de la broussaille par leur association "Vieilles pierres et Patrimoine". Autrement dit, les élèves ont eu un écrin très approprié pour la lecture de lettres de Poilus. En effet, dans le cadre des E.P.I. (Enseignement Pratiques Transdisciplinaires), tous les élèves de 3è du collège Marcel Pagnol ont eu à écrire une lettre d'un soldat à sa famille, sa femme, sa mère... ou de l'arrière au front. Quelques lettres, parmi les meilleures furent choisies pour être lues en public.Quelques élèves de l'AEC se sont portés volontaires pour réaliser cet exercice difficile. On ne peut que les féliciter. Certaines lettres écrites à la manière d'authentiques lettres de soldats ont ému un public visiblement conquis.

Tous nos remerciements vont à la famille De La Oliva pour avoir accueilli nos élèves

Merci aux participants et aux anciens de l'AEC toujours fidèles au rendez-vous du 11 Novembre à Betz

L'Equipe AEC

 

Hommage aux soldats bessins morts en 1916
Hommage aux soldats bessins morts en 1916

Hommage aux soldats bessins morts en 1916

L'abri-théâtre derrière l'ancienne gare-resto de Betz prêt à accueillir des évènements culturels....
L'abri-théâtre derrière l'ancienne gare-resto de Betz prêt à accueillir des évènements culturels....

L'abri-théâtre derrière l'ancienne gare-resto de Betz prêt à accueillir des évènements culturels....

Un public conquis qui reste sans voie.....comme la gare!

Un public conquis qui reste sans voie.....comme la gare!

Parmi les lettres écrites par les élèves, celle de Yannis, fut particulièrement appréciée par l'émotion qu'elle dégage. Une belle lettre d'amour d'un Poilu à sa fiancée.

Un grand bravo à Yannis pour la qualité du travail; reflet d'un indéniable talent.

 

28 Juin 1915,

Ma chère Adelaide, 

 

J'ai l'espoir que tu te portes bien en cette période sombre de notre histoire. En ce qui me concerne, c'est avec le cœur lourd que je t'écris. En effet, le temps m'est compté ; j'ai reçu une balle. Peut-être te demandes - tu comment je puis t'écrire avec une telle blessure ? Eh bien, j'ai simplement demandé à mon plus fidèle et unique ami de bien vouloir coucher sur le papier mes dernières pensées. Enfin, là n'est l'important ma chère et tendre. Ne sois pas triste à l'idée de mon trépas. Je mourrais dignement ; pour ma patrie... J'ai de si nombreuses choses à te dire, de si puissants sentiments à exprimer. Dans un laps de temps si limité.. Ce qui m'est offert est une éternité dans un nombre de lignes restreint.

J'aurai aimé passer plus de temps avec toi. Hélas, le destin en a décidé autrement, cela fait un an jour pour jour que cette funeste guerre a commencé. Un an à voir mes compatriotes passer le voile de la mort les uns après les autres, un an à devoir arracher des vies humaines.

Les batailles sont de terribles spectacles, et à mon grand dam l'Humanité ne s'en est jamais lassé.. Quoi qu'il en soit, j'aimerais que toi, qui est jeune, belle et intelligente ; tu refasses ta vie. Que tu sois heureuse et que tu ais des enfants. Aime de nouveau. Je dois te quitter pour retrouver ma dernière demeure. Je quitte ce monde sans regrets apparents ; à l'exception de ne pas avoir pu t'embrasser une dernière fois.

 

Ton bien aimé fiancé,

Jacques.

                                              Avec l'aimable autorisation de Yannis Zekhnini; élève de l'AEC

                                                                                                      Novembre 2016

 

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 08:11

Une fois n'est pas coutume; l'AEC a répondu présente à l'appel de la Direction du collège pour animer la cérémonie anticipée du 11 Novembre. Celle-ci eut lieu jeudi 10 Novembre après la récré de 10h, dans le Forum de l'établissement devant un parterre de délégués d'élèves, de personnels d'encadrement et des agents. Après avoir hisser les drapeaux, les élèves ont rendu hommage à une vingtaine de soldats "Morts pour la France" inscrits sur les Monuments aux Morts des communes de ce qui était autrefois le Canton de Betz. Leur point commun? Le fait d'être tous morts durant l'année 1916; soit il y a cent ans.

Grâce aux recherches menées par les élèves en classe sur les sites: Mémorial Genweb et Mémoire des Hommes; ils ont pu, par leur fiche militaire, redonner vie à ces jeunes gars qui ont perdu la vie en pleine jeunesse. Quelques lignes écrites à la première personne, et lues en public ont permis de leur rendre un hommage appuyé, sans bien entendu oublier les autres. M.Abran a rappelé en introduction le contexte particulier de cette année 1916; marqué par deux batailles sanglantes: Verdun et la Somme.

Une prestation de quelques minutes fort appréciée qui s'est terminée par une Marseillaise jouée à la flûte traversière par Rose comme tous les ans mais accompagnée cette année au piano par Marie et entonnée par le public. Un bel hommage à nos soldats du canton.

Un grand bravo aux élèves.

L'Equipe AEC

Les élèves près à entrer sur scène et un peu tendus pour certains...Les élèves près à entrer sur scène et un peu tendus pour certains...

Les élèves près à entrer sur scène et un peu tendus pour certains...

Quelques mots d'histoire avant la levée des drapeaux par 2 délégués de 6è et 3è
Quelques mots d'histoire avant la levée des drapeaux par 2 délégués de 6è et 3è

Quelques mots d'histoire avant la levée des drapeaux par 2 délégués de 6è et 3è

Cérémonie anticipée du 11 Novembre au collège par l'AECCérémonie anticipée du 11 Novembre au collège par l'AEC
BenjaminBenjamin

Benjamin

Nos musiciennes Rose et Marie
Nos musiciennes Rose et Marie

Nos musiciennes Rose et Marie

Repost 0
Published by Equipe d'histoire géographie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'AEC"Archéo-Blockhaus" du collège de Betz
  • Le blog de l'AEC"Archéo-Blockhaus"  du collège de Betz
  • : Ce blog a pour but de présenter les travaux effectués par un groupe d'élèves volontaires de 3e participant à une Action Educative et Culturelle (AEC) autour de la ligne Chauvineau et plus largement dans le Valois
  • Contact

Texte libre

Recherche