Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 20:21

Il est une tombe du cimetière d’Antilly qui interpelle par son originalité. En effet, cette sépulture dont les gravures s’estompent avec le temps, présente une croix enchâssée dans une carte de l’Afrique stylisée. Il s’agit de la tombe de Maurice GODEFROY (1907-1940), Père Blanc, mort au champ d’honneur à Baron le 11 juin 1940 précise la sépulture, également ornée de deux médailles militaires dont la croix de guerre et la médaille militaire.

Maurice Louis Félix Charles Aimé GODEFROY avait 33 ans en 1940 et était lieutenant de réserve au 33ème régiment colonial mixte sénégalais. Lors de la campagne de France, alors que l’armée allemande avait pénétré dans le département, son unité s’employa à en repousser les assauts dans la vallée de la Nonette où des positions antichars avaient été réalisées dans le dispositif de la ligne Chauvineau. Le 11 juin, alors que les combats font rage dans le secteur de Baron, Rosières et Versigny, Maurice Godefroy trouva la mort à la tête de ses hommes et reçu la citation suivante : « Officier d’une haute valeur morale, qui dans sa vie d’officier a apporté le plus pur esprit de sacrifice dont il avait fait preuve comme missionnaire. Exemple vivant pour ses hommes, dont il a toujours su exalter le courage. Est tombé mortellement atteint, le 11 juin 1940 à Baron (Oise) au moment où, sous le bombardement, il donnait des ordres pour la défense antichar ».

Maurice GODEFROY était né à Paris dans le 6ème arrondissement le 11 mars 1907. Il était devenu séminariste chez les Pères Blancs au postulat d’Antilly, une communauté religieuse installée dans le château de la commune devenu depuis maison de retraite. Il s’agit d’une congrégation religieuse, la Société des Missionnaires d’Afrique, créée en 1868 à Alger par le Cardinal Lavigerie dont les missions africaines étaient installées dans les colonies subsahariennes d’une part et dans la région des Grands Lacs d’autre part (le Vicariat apostolique du Nyanza, les Provicariats apostoliques du Haut-Congo, du Nyassa, d’Ounyanyembé et du Tangayika). Ce sont d’ailleurs les contours des vicariats du Sahara et des vicariats d’Afrique équatoriale qui sont tracés sur la carte et que l’on retrouve d’ailleurs sur la première de couverture du livre d’André Prost « Les missions des Pères Blancs en Afrique Occidentale avant 1939 ».

L'Equipe AEC

La tombe de Maurice GODEFROY et ses inscriptions.  Photos AEC
La tombe de Maurice GODEFROY et ses inscriptions.  Photos AEC

La tombe de Maurice GODEFROY et ses inscriptions. Photos AEC

La carte de l'Afrique sur la tombe de Maurice Godefroy rappelle les missions africaines des Pères Blancs.
La carte de l'Afrique sur la tombe de Maurice Godefroy rappelle les missions africaines des Pères Blancs.

La carte de l'Afrique sur la tombe de Maurice Godefroy rappelle les missions africaines des Pères Blancs.

L'allée du postulat d'Antilly et le vestibule orné de souvenirs des missions africaines. Cartes postales.
L'allée du postulat d'Antilly et le vestibule orné de souvenirs des missions africaines. Cartes postales.

L'allée du postulat d'Antilly et le vestibule orné de souvenirs des missions africaines. Cartes postales.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 16:29

C'est avec une grande joie que l'AEC repart sur les routes du Valois pour de nouveaux chantiers et ce, après une interruption en 2020 à cause du  confinement. L'excitation était palpable chez les élèves et leurs professeurs en ce vendredi 28 mai pour un retour sur le terrain tant attendu. Ce millésime 2021 emmène les élèves (demie-jauge oblige) sur deux sites:

-Le premier dans les bois de Macquelines (dont nous reparlerons ultérieurement) et 

-le second à la limite d'Antilly et d'Etavigny. C'est là, à l'entrée d'une propriété privée jouxtant le centre équestre, à quelques mètres du pont de la Grivette que les élèves se sont retrouvés, encadrés et accompagnés par Mme Wargnier, le fidèle M.Ciurlik et, pour l'occasion notre nouveau Principal Adjoint, M.Roussel, féru d'Histoire et curieux de savoir ce que sont ces chantiers sur la ligne Chauvineau.

Aujourd'hui, ce sont 8 élèves, essentiellement de 3è3 qui ont chaussé les gants et, munis de sécateurs, de coupe-haies, de scies et autres outils ont dévégétalisé le blockhaus. Car il faut bien l'admettre, bien malin celui qui aurait pu dire que sous cette végétation se trouvait un bloc bétonné pour canon antichar. Il s'agit en effet d'un type "bouclier" dont le créneau de tir est orienté vers la route (qui forme ici un virage et qui de fait se trouve masqué), et en même temps en direction de la Grivette. De plus, même si cela ne se voit pas, il se trouve en contrebas de la voie verte donc de l'ancienne voie ferrée reliant Ormoy-Villers à Mareuil-sur-Ourcq, à deux pas de la gare d'Antilly. Le groupe a pris un grand plaisir à travailler dehors et faire ressurgir de la broussaille ce blockhaus oublié et enfoui que l'AEC n'avait pas encore exhumé. Une joie teintée de fierté de s'approprier ce petit patrimoine et de lui rendre une visibilité. Le tout dans une ambiance décontractée qui est la marque de l'AEC. La motivation des élèves et leur efficacité ont permis en une fois de dégager le site. Mais, l'intérieur n'a pas livré tous ses secrets et le groupe sera de retour dans 15 jours pour terminer le travail.

Nous remercions chaleureusement les propriétaires du chemin où se trouve le blockhaus pour leur accueil.

L'Equipe AEC

Léa: "Vous êtes sûr qu'il y a un blockhaus là-dessous?"

Léa: "Vous êtes sûr qu'il y a un blockhaus là-dessous?"

Zoé: "Du bois, du bois je ne vois que Dubois!"Zoé: "Du bois, du bois je ne vois que Dubois!"Zoé: "Du bois, du bois je ne vois que Dubois!"

Zoé: "Du bois, du bois je ne vois que Dubois!"

Even se prend pour Tarzan!Even se prend pour Tarzan!Even se prend pour Tarzan!

Even se prend pour Tarzan!

Léa: " Il est où ce blockhaus? Si ça se trouve c'est un mytho, y'en a pas! En tout cas, je ne le vois pas"

Léa: " Il est où ce blockhaus? Si ça se trouve c'est un mytho, y'en a pas! En tout cas, je ne le vois pas"

M.Abran et M.Roussel en plein travail...

M.Abran et M.Roussel en plein travail...

Attention Mme Wargnier s'attaque à la dalle!

Attention Mme Wargnier s'attaque à la dalle!

Fallait bien que ça arrive; Mme Wargnier a tout cassé. Elle est toute en muscles....

Fallait bien que ça arrive; Mme Wargnier a tout cassé. Elle est toute en muscles....

Léa: "Puisque vous ne voulez pas me dire où il est, je m'en vais! Salut la compagnie! C'est nul cette AEC!"

Léa: "Puisque vous ne voulez pas me dire où il est, je m'en vais! Salut la compagnie! C'est nul cette AEC!"

Le groupe fier de son travail

Le groupe fier de son travail

1h30 après...Voilà le travail!

1h30 après...Voilà le travail!

Partager cet article
Repost0
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 10:25

Cette année scolaire 2020-2021 les élèves de l'AEC ont travaillé sur le thème de l'Exode, un phénomène récurrent dans les guerres et en particulier dans les deux guerres mondiales. Ce fut l'occasion pour certains d'entre eux de découvrir que leurs ancêtres en avaient été les témoins voire les acteurs. C'est le cas de Cléa qui, a apporté au collège le récit de Rose, son arrière-grand-mère qui, avait été interrogée par sa famille sur cet épisode vécu. Avec l'accord de la famille et de Cléa que nous remercions, nous vous proposons ce récit. 

L'Equipe AEC

NB: Les notes de bas de pages et les informations complémentaires qu'elles contiennent ont été ajoutées par l'AEC

Récit d’Exode.

Récit de Rose, l’arrière-grand-mère de Cléa.

Interview réalisée par sa famille le 10 Janvier 1990

                                                     ______________________________________

-Comment s’est passé votre départ pour l’Exode ?

R : Ça s’est passé dans la nuit du 16 mai 1940. Le maire de notre commune ; Verneuil-sur-Serre[1] dans l’Aisne avait donné l’ordre à tous ses habitants d’évacuer en Mayenne. Alors nous sommes partis vers 5 heures du matin avec des chariots et des chevaux et toute la famille. Sur les routes, nous avons été bombardés, mélangés avec des militaires et toutes sortes de personnes.

-Pourquoi vous êtes-vous dirigés vers la Mayenne ?

R : Parce-que la commune l’avait décidé[2], il fallait partir dans la Mayenne. Arrivés, nous avons été accueillis sur la place du village, puis toutes les familles, les gens étaient séparés dans les fermes et dans des logements du village.

-Où était-ce en Mayenne ?

R : C’était à Pré-en-Pail[3]

-Les habitants étaient-ils hospitaliers ?

R : Oui et pour la nourriture, ils nous donnaient leurs produits de la ferme, nous n’avions que le pain à acheter et la viande.

-Alliez-vous à l’école ?

R : Oui, j’étais à l’école Rivais pendant un mois, je faisais avec ma sœur 2,5 km par jour pour aller au village car nous étions dans une ferme à l’écart.

-Aviez-vous des informations sur la guerre et l’Armistice ?

R : Peut-être les parents, mais moi je ne m’en souviens pas à cause de mon jeune âge.

-Pourquoi êtes-vous partis de votre village ?

R : Parce qu’ils avaient peur de l’occupation allemande[4].

-Comment s’est passé le retour ?

R : Le retour s’est bien passé. Nous sommes rentrés le 14 juillet 1940, mais nous avons été obligés de nous arrêter à Soissons car les Allemands nous ont demandé un « laisser-passer » et sans, nous ne pouvions pas traverser le pont sur l’Aisne[5]. Après deux jours d’attente dans une pâture, nous avons eu le « laisser-passer ». Nous avons retrouvé le village de Verneuil, toutes les maisons avaient été pillées…

-Qui a donné l’ordre de rentrer ?

R : C’est le maire, car les Allemands étaient entrés dans Paris[6], l’Armistice avait été signé[7] et nous, nous avions honte de rentrer.

 

[1] Verneuil S/Serre est une commune du département de l’Aisne située au Nord de Laon sur la RN2 en direction de Marle et Vervins.

[2] Il s’agit en réalité d’une décision préfectorale (circulaire du 20 juin 1939) relayée par les maires du département. La destination était donc prévue de longue date.

[3] Pré-en-Pail (aujourd’hui commune de Pré-en-Pail-St Samson) est un village de la Mayenne situé entre Alençon et Mayenne dans les Monts des Avaloirs aux confins de la Mayenne et de l’Orne.

[4] « Les 15 & 16 mai, les habitants du Laonnois prennent le chemin du Soissonnais puis Compiègne ou Villers-Cotterêts ». https://www.aisne.com/sites/default/files/2019-11/la_bataille_de_france_dans_laisne_-_1939-1940.pdf

[5] La plupart des ponts de Soissons avaient été détruits le 6 juin tout comme ceux de Pommiers, Pasly et Venizel.

[6] Les Allemands sont entrés dans Paris le 14 juin.

[7] L’Armistice a été signé le 22 juin en forêt de Compiègne dans le wagon du Maréchal Foch.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 20:59
Un 8 mai sans commémoration.

Ce 8 mai 2021 aurait du être commémoré à Betz par les élèves de l'AEC, mais les restrictions sanitaires encore en usage en ont décidé autrement. C'est dommage car cette année un beau projet a été initié par le collège en partenariat avec la municipalité de Betz autour de l'hommage rendu à un soldat natif de Betz. Mais, on n'en dira pas plus pour ne pas le dévoiler puisqu'il est d'ores et déjà prévu de le repousser au 11 Novembre prochain. Alors patience!... C'est donc la mort dans l'âme que les élèves de l'AEC, réduit à une demie-jauge de 8 participants, se sont contentés de hisser les couleurs en pavoisant le forum du collège selon une tradition désormais bien acquise. Le groupe a eu une pensée pour les camarades restés à la maison pour un enseignement à distance et bien sûr pour toutes les victimes de la Seconde Guerre Mondiale qui s'est terminée voilà maintenant 76 ans.

L'Equipe AEC

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 11:37
Joyeux 1er Mai

Toute l'équipe de l'AEC vous souhaite un joyeux 1er Mai promesse de temps nouveaux. En avant vers des jours meilleurs!

L'Equipe AEC

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 12:08

A Betz, sur un des blockhaus de la ligne Chauvineau, des tags avaient
été peints à la bombe, suscitant l'émoi et la colère l'hiver dernier.
C'était sans compter sur l'esprit civique de certains jeunes du coin,
qui, fort de leur expérience collégienne à l'AEC "Archéo-Blockhaus",
projet de sauvegarde de la ligne Chauvineau du collège Marcel Pagnol,
ont pris l'initiative d'organiser une expédition nettoyage durant les
vacances de Printemps. Chevauchant leur vélo ou leur moto, Matt, Mael,
Diégo, William et quelques autres, aujourd'hui lycéens à Crépy, ont passé
deux après-midis de leur temps libre à tenter, avec succès, d'effacer
ces tags irrespectueux. Une belle action réussie qui témoigne de la
générosité de ces jeunes, conscients de la valeur historique  de ce
petit patrimoine. Bravo à eux et félicitations"

L'Equipe AEC

Etat du blockhaus avant nettoyage. Photo AEC

Etat du blockhaus avant nettoyage. Photo AEC

L'opération de nettoyage . Photos M.D.
L'opération de nettoyage . Photos M.D.

L'opération de nettoyage . Photos M.D.

"Une initiative citoyenne pour la sauvegarde du patrimoine. Quand les jeunes s'impliquent"
"Une initiative citoyenne pour la sauvegarde du patrimoine. Quand les jeunes s'impliquent"
Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 15:39

De septembre 1939 au printemps 1940, ont été réalisés sur la commune de Betz, cinq emplacements bétonnés pour canon AC (antichar) de 25 mm, quatre pour mitrailleuses, un emplacement pour canon de marine à l’air libre, 3000 m de fossés antichar faisant partie de la ligne de défense de Paris dite « ligne Chauvineau ». La plupart sont encore visibles. Quatre ont été détruits et l’un d’entre eux a été fortement ébranlé par l’explosion de munitions allemandes par les Américains en 1944.

La construction de la ligne Chauvineau intervient comme prévue une fois la déclaration de guerre proclamée le 2 septembre 1939. Dès le 6 du mois, les généraux en charge du dossier sont à Betz pour étudier la faisabilité du programme de défense et exposer les premiers plans (qui subiront rapidement des modifications) car ce secteur, situé au Nord Est de la ligne de défense et comprenant les groupements de Betz – Macquelines et Antilly, est favorable aux attaques de blindés. C’est pourquoi il retiendra toute l'attention du général Chauvineau qui fera de nombreuses visites sur le terrain en compagnie du général Barthe puis du Gouverneur de Paris, le général Héring. Le mois de septembre est consacré aux travaux préparatoires et à l’étude du fossé antichar. A la fin du mois, des éléments de la main d’œuvre militaire dévolue au creusement arrivent à Betz. Il s’agit de soldats du 222ème Régiment Régional de Travailleurs (22ème régiment de la 2ème région militaire soit celle d’Amiens). Ce régiment restera sur le secteur de Betz jusqu’en mars 1940. En janvier et mars 1940, le 222ème RRT édite un journal humoristique « la Gazelle »[1].

Un exemple: Le blockhaus pour canon antichar de 25 mm  C101 (bloc en partie détruit par les Américains en 1944) : Le25 octobre : Piquetage, le 6 novembre : coulage du radier, le 13 : ferraillage, le 23 : bétonnage par le 217ème en 27 heures non-stop par 3 équipes. Le 3 décembre : le bloc est fini, visite satisfaite des généraux Héring et Chauvineau. Le blockhaus est entièrement fait en un mois et une semaine.

 

Fin septembre et octobre, ont lieu le piquetage de différents ouvrages et l’envoi de deux pelles excavatrices pour le creusement du fossé. Les généraux multiplient les visites sur site. Le général Héring déclare le projet irréalisable, étant donné le temps dont il dispose pour en assurer l’exécution. Toutefois, ordre est donné de maintenir le tracé amorcé qu’il suffira d’orienter vers le mur du parc du château de Betz.

En octobre-novembre les travaux se poursuivent : piquetage, coulage de radiers, ferraillage et bétonnage, creusement des fossés par le 222ème RRT et le 217ème RRT et nouvelles visites d’inspection.

Le 10 novembre : creusement du fossé antichar dit « du hangar » entre la voie ferrée et la Grivette à proximité du PN 41[2].

Les premiers blocs pour canon AC sont terminés début décembre (le bloc situé entre le collège et Macquelines est terminé le 7 comme en témoigne l’inscription gravée dans le béton sur la dalle supérieure) alors que commence la réalisation, route de Macquelines, des blocs pour mitrailleuses. Au moment où le 217ème RRT est affecté ailleurs, le creusement des fossés se poursuit.

Début 1940 : arrivée et mise en place des tétraèdres, clayonnage des fossés, implantation des positions pour canons de marine en plein air et nouvelles inspections. En mars, départ du 222ème remplacé par une compagnie du 223ème RRT.

Le printemps 1940 arrive, la ligne Chauvineau n’est pas encore opérationnelle et le temps presse. En avril sont mises en place les plateformes derrière le mur du château, le réseau de barbelés, de nouveaux tétraèdres arrivent en gare de Betz et début du camouflage. Début mai, voit l’installation des premières portes (sur le bloc C101) alors que l’attaque allemande est imminente. Le 15 mai, soit cinq jours après le début de la campagne de France, les travaux sont arrêtés. S’ensuit alors la mise en place du dispositif de destruction des ponts. Deux ponceaux sur la Grivette sont concernés.

Les 17 et 18 mai ont lieu deux bombardements sur la gare de Betz[3] durant lequel un civil est tué : Ernest Lacorne : Né le 2 février 1870 à Betz, Ernest Lacorne a effectué son service militaire au 67e R.I. du 14/11/1891 au 25/09/1894, il devient sapeur pompier en 1902. Durant la Grande Guerre, il est affecté à la 9e Cie du 13e R.I.T. le 01/08/1914. Il est par la suite affecté au G.V.C. (Garde des Voies de Communication) et renvoyé dans ses foyers le 14/01/1915 étant père de 7 enfants. Il est libéré de toute obligation militaire le 10/12/1918[4].

Les travaux reprennent dans la deuxième quinzaine de mai avec l’implantation de deux canons de marine notamment à Macquelines et, le 9 juin, avec la mise en place de boucliers mobiles en bois pour arme AC. 

Le 11 Juin 1940 c’est le début de la retraite du secteur.

Cependant, une faible occupation militaire semble avoir eu lieu. René Pénot, fils de Gaston, se souvient : « En 1940, des soldats sont arrivés par le train à la gare de Betz. C’étaient des Sénégalais. Ils tiraient derrière eux un canon de 25 mm et marchaient pieds nus ; les godasses pendues autour du cou. Un spectacle inédit pour les habitants de Betz !».

Les blockhaus n’étaient à priori pas tous terminés au moment de l’attaque allemande dans le secteur le 11 Juin et certainement pas tous armés. Peu de témoignages concernent le rôle joué par la ligne Chauvineau dans le secteur de Betz. D’après un ancien soldat ayant servi sur l’emplacement du canon de marine de Macquelines et revenu dans les années 1980[5], la position aurait été abandonnée par la troupe (« dans laquelle se trouvaient des éléments venus de Belgique »), fuyant par le bois de l’école en direction du sud et laissant derrière elle le canon qui ne tarda pas à être récupéré.

Après la guerre, dans les années 1945-1946, les fossés ont été remblayés et les cultivateurs indemnisés du manque à gagner occasionnés par ces travaux militaires.[6)

 
 

[1] La « Gazelle » est un journal humoristique du 222è RRT dont deux numéros sont sortis en janvier et mars 1940 de l’imprimerie située à l’étage des locaux des Ponts et Chaussées à Betz dans la Grande Rue (de la Libération).

[2] Passage à niveau 41 sur l’ancienne voie ferrée en direction d’Antilly devenue voie verte.

[3] Gaston Pénot prétend qu’il s’agit d’un bombardement d’avions italiens. « On voyait nettement les cocardes  vert, blanc et rouge ». Les historiens démentent ces affirmations récurrentes.

[4] Source Mémorial Genweb.

[5] Témoignage de Joël Deroche de Macquelines qui a rencontré ce monsieur.

[6] Cf documents de la ferme Hamelin à Macquelines. Coll. M.Philippe Hamelin.

La « Gazelle » est un journal humoristique du 222ème RRT dont deux numéros sont sortis en janvier et mars 1940 de l’imprimerie située à l’étage des locaux des Ponts et Chaussées à Betz dans la Grande Rue (de la Libération)

Fondé par le Cdt Bouilhol- qui loge au Château de Mme Vincent-, ce journal dit « humoristique et anecdotique »de 6 feuillets recto-verso est l’œuvre des soldats eux-mêmes. Le rédacteur en chef en est le lieutenant Weber. Le directeur technique : le caporal Pouget. Les dessins sont l’œuvre de Bocciarelli, Graves, Génin, A.Fitte, Marc Rey et les textes du Cdt Palefroid, d’A.Ravier (de la 2ème Cie du 3ème Bataillon), d’Andréano, Jacques Mégret, Janel avec le concours du conteur journaliste Claude Orval, ancien du 222ème. Bonnes histoires, poèmes, caricatures et bandes dessinées sont au menu de ce journal. En outre en quatrième de couverture du n°1, on trouve la liste de 77 soldats quittant le régiment en janvier ou février, affectés ailleurs ou libérés. On y apprend que des conférences étaient organisées comme par exemple celle donnée par le lieutenant Berguin, professeur au lycée Henri IV à Paris sur « l’idéologie naziste ».

La une de la Gazelle n°1 et 2.                                            Coll. AEC
La une de la Gazelle n°1 et 2.                                            Coll. AEC

La une de la Gazelle n°1 et 2. Coll. AEC

Archives personnelles de M.Hamelin
Archives personnelles de M.Hamelin

Archives personnelles de M.Hamelin

Tracé du fossé et des blocs antichar élaborés par Me Auroire, géomètre à Acy.
Tracé du fossé et des blocs antichar élaborés par Me Auroire, géomètre à Acy.
Tracé du fossé et des blocs antichar élaborés par Me Auroire, géomètre à Acy.
Tracé du fossé et des blocs antichar élaborés par Me Auroire, géomètre à Acy.

Tracé du fossé et des blocs antichar élaborés par Me Auroire, géomètre à Acy.

"Les régiments régionaux de protection (R.R.P.) ou de travailleurs (R.R.T.) sont les descendants de l'ancienne armée territoriale supprimée par la loi de recrutement du 1er avril 1923.
A la mobilisation de 1939, chaque région militaire forme, avec les hommes des plus vieilles classes rappelées, plusieurs R.R. dont le numéro est formé par celui de la région suivi d'un chiffre d'ordre. Par exemple, le 28ème R.R. est le 8ème régiment de la 2éme région (Amiens) ou le 143ème R.R. est le 3ème régiment de la 14ème région (Lyon)."

Plus concrètement, il s’agit de soldats ayant pour beaucoup la quarantaine et davantage, autoproclamés les « tordus » et qui ne possédaient pas toujours d’uniforme règlementaire, se contentant d’être vêtus « en complet et pardessus de confection » selon les termes de Gaston Pénot.

TEMOIGNAGE DE M. Robert HENIN, né en 1927 à Betz et décédé en 2018.

-Quels souvenirs vous reste-t-il de la Ligne Chauvineau ?

« Je me souviens qu’au dessus du calvaire il y avait un gros projecteur. Au sommet de la côte (à l’angle du mur de clôture de la propriété actuelle du Roi du Maroc) l’Armée Française avait construit une cabane en flanquement de la portion de fossé antichar qui, de l’autre coté de la route allait jusqu’à celle de Bargny. Je ne sais pas si les blockhaus étaient armés, à mon avis ; je ne pense pas.»

-Où étaient logés les soldats français ?

 « Les Français avaient, les premiers, logé dans le château. Il y avait aussi des officiers chez des particuliers. Par exemple ; chez le percepteur, rue des Jardins ; il y en avait un. Un jour (peut-être un jeudi) j’étais avec des copains et on traînait dans le coin. L’un d’eux nous dit que si on avait faim, on n’avait qu’à se présenter avec une gamelle à la cantine et qu’on nous donnerait à manger. Alors on y est allé. C’était des gars (les territoriaux) qui avaient des enfants. Ils étaient nombreux, il y avait pas moins de deux-cents bonshommes pour finir les tranchées (fossés antichars). Je ne les ai pas vu faire mais quand on allait au jardin (sur les Mortas une pièce de terre et un verger situés sur l’actuel terrain de football), on les voyait avec ma mère et puis c’est tout, on ne traînait pas la journée. Le fossé avait côté parc un plan vertical et coté plaine un plan incliné. Il y avait des poteaux pour retenir la terre. Il y avait beaucoup de main d’oeuvre pour construire les blockhaus. Je ne les ai pas vu construire, mais dans le verger que nous avions avec ma mère route de Macquelines, il y avait des bétonneuses. C’était assez simple, ils mettaient un sac de  ciment et trois sacs de gravillons, ce n’était pas comme aujourd’hui ! Les soldats avaient installé une petite ligne de chemin de fer  (sans doute type Decauville) avec des wagonnets pour transporter les matériaux jusqu’au mur du parc où il y avait un blockhaus. Ce terrain était composé d’un carré de verger et d’un carré de terre. Des tétraèdres avaient également été installés dans la rue pour barrer l’accès.»

Témoignage recueilli en 2013.

TEMOIGNAGE DE René PENOT. Fils de Gaston, René est né le 25 avril 1931 à Betz. Il avait 9 ans au début des hostilités.

« Dès les derniers mois de 1939 en parallèle de la construction des casemates du secteur  de Betz-Macquelines, fut mis en place tout un dispositif en cas d’attaque allemande. Je me souviens qu’il y avait un vieux camion Berliet muni d’un groupe électrogène qui avait été installé à la grille du château (l’actuelle résidence du Roi du Maroc) en face la Mairie.

Tout près de là, à la jonction des routes de Bargny et de Crépy (au-dessus du calvaire) ; un char Renault FT17 était positionné à l’arrière du fossé anti-char qui reliait là les 2 routes. Après la campagne de juin 40, les Allemands l’ont récupéré et placé à la gare. Je me souviens que les enfants jouaient dedans !

Au même endroit (où se trouve le nouveau lotissement), l’Armée Française avait placé un projecteur de D.C.A. et une batterie de 75.Le projecteur éclairait jusqu’à Bargny et Antilly .Mais, ils n’avaient pas le droit d’allumer quand un avion allemand volait. Il y avait du matériel américain comme des détecteurs de son. Les mitrailleuses et le projecteur entraient en action ensemble.

Pour barrer les routes de Bargny et de Crépy (comme d’ailleurs toutes celles menant sur Betz) des barrages de tétraèdres avaient été placés et acheminés en train par la gare. Il y en avait deux à Macquelines, un dans Betz devant l’église (face à la pharmacie actuelle), un route d’Etavigny, un au blockhaus entre le collège et Macquelines. Des mines coupaient les routes.

Quant aux fossés anti-char qui couraient dans la plaine ; ils avaient sur un coté (le coté ami) un clayonnage fait avec des poteaux en bois pour éviter les éboulements. Ils ont été creusés par le 222ème Régiment Régional de Travailleurs (et le 217è RRT) ; des gars habillés en civil qui portaient juste un brassard. Ils abattaient des arbres, creusaient les fossés et construisaient les casemates. Ces fossés ont été nivelés en 1945-1946.

Je me souviens aussi qu’à l’emplacement du 1er terrain de football qui jouxte le collège, il y avait un blockhaus camouflé en meule de foin et dans le mur du château ; un créneau de tir ainsi qu’une plate-forme pour canon. A Macquelines, dans un bois de pommiers, en lisière de la plaine, se tenait un canon (de marine) fixé sur une « juppe » (affût) sur rotule. Des éléments venus de Belgique y étaient positionnés. Ce sont les Allemands qui l’ont embarqué. Pas très loin, dans le Bois des Ecoles, en descendant la Grivette, un appentis servait aux soldats pour faire la cuisine. C’est tout ce dont je me souviens car l’autorité militaire a proclamé l’Evacuation et je suis parti. Je n’ai donc pas beaucoup vu ces soldats français. »

L'Equipe AEC

Partager cet article
Repost0
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 10:06
Cheyenne, ancienne élève de l’AEC nous présente son premier roman : « Nouvelle Ere »
Cheyenne, ancienne élève de l’AEC nous présente son premier roman : « Nouvelle Ere »

C’est avec fierté que nous accueillons ce jeudi 25 mars, Cheyenne Ionescu au collège pour la présentation de son premier livre intitulé « Nouvelle ère » auprès du groupe d’élèves du Défi Lecture. Un retour sur les lieux mêmes où Cheyenne fut, il y a peu d’années, collégienne.

Le Défi Lecture : -Cheyenne, peux-tu te présenter aux élèves ?

-Cheyenne : Je m’appelle Cheyenne IONESCU, je suis ancienne élève du collège Marcel Pagnol où j’ai participé au club Lecture, ainsi qu’à l’AEC « Archéo-Blockhaus », puis j’ai fait une filière scientifique au lycée Jean Monnet de Crépy, où j’ai eu mon Bac S. Ensuite, j’ai fait une école de Psychologie à Amiens et une fois mes études finies, je me suis dirigée vers l’Animation. Je suis originaire de Bouillancy.

D.L. : Quel est ton objectif ?

C. : Justement, pouvoir écrire de petites histoires que je puisse animer moi-même, ou travailler sur des projets d’autres personnes, des animations destinées aux adultes comme aux enfants.

D.L. : Ton livre, dont tu vas nous parler, sera-t-il par la suite animé ?

C. : Depuis mes années-collège, j’écris des histoires que désormais je reprends et adapte avec l’objectif d’en tirer des animations. D’ailleurs, je réalise d’ores et déjà des vidéos, je double des personnages que j’écris, par exemple des petits lapins pour un autre public.

D.L : Parlons du livre. Quelle est la genèse de ce roman ?

C : C’est parti d’une idée, de quelques lignes puis d’un paragraphe. Et puis un jour, je suis retombée dessus des années plus tard et j’ai eu l’idée de continuer le récit, de lui donner un sens et toute une histoire derrière. Puis, lorsque j’étais en Psycho à l’université, ça m’a donné l’idée de développer l’aspect psychologique des personnages et des thématiques scientifiques car j’adore Jules Verne, un auteur passionné par la science. Ainsi, je voulais découvrir divers univers, aussi bien en Médecine ou  en Psychologie.

D.L. : Concrètement, comment s’est déroulée la création de ton livre ?

C : J’ai commencé à l’écrire lors de ma 2ème année de Psycho. J’ai mis deux ans pour l’écrire. Il fait 160 pages. Puis, j’ai essayé de le publier et des maisons d’édition ont accepté, mais je n’en avais pas les moyens financiers. Du coup, j’ai décidé d’opter pour l’autoédition. Heureusement, de nombreuses personnes m’ont aidé pour la correction du livre, dont une qui m’a encouragé. Ensuite, j’ai longtemps cherché un imprimeur et j’ai trouvé une plate-forme d’édition libre. Malheureusement, beaucoup de personnes voulaient un exemplaire papier. J’ai fini par trouver un imprimeur dans mes prix et j’en ai sorti 50. C’est un investissement financier, mais ça valait le coup pour me faire connaître et réaliser d’autres projets, comme mes vidéos et mes doublages qui nécessitent du matériel. Pour pouvoir le vendre, j’ai fait pas mal de boutiques et j’ai essuyé de nombreux refus du fait de l’autoédition et, enfin, j’ai trouvé à le distribuer au Plessis-Belleville.

D.L. : Quel est le sujet de ton roman ?

C : C’est l’histoire d’une scientifique, Katie, qui va chercher un remède pour soigner des gens atteints d’une maladie qui se propage au sein d’une sphère et ce, après une guerre qui a réduit à néant le monde dans lequel il ne reste que très peu de survivants. Ce sont ces survivants qui ont décidé de construire cette sphère. Kathy tombe sur des dossiers qu’elle n’aurait pas dû voir et va être envoyée sur une île hors de la sphère où elle rencontre d’autres personnes comme elle, envoyées là pour mourir, une sorte de prison. Elle va essayer de comprendre pourquoi ils sont là, pourquoi elle est là. Elle y découvre des pratiques cannibales à la suite d’une mutation génétique. C’est un livre qui veut montrer la nature humaine, l’atrocité des guerres, mais aussi l’importance de l’Homme et de la Nature. Je voulais montrer que les guerres, la destruction de la nature par l’Homme le fait courir à sa perte. Ce thème me tenait à cœur.

D.L. : C’est quand même un constat pessimiste sur la nature humaine, non ?

C : Cela dépend des personnages, ils ont des visions du monde différentes. Je voulais montrer que l’Humanité est capable de beaucoup si elle est solidaire. Il y a aussi de l’optimisme. Et du coup un message d’entraide.

D.L. : Les événements actuels marqués par la pandémie de la Covid-19 t’ont-ils inspiré ? Ou ton livre est une prémonition ?

C : Non, pas du tout, j’avais fini de l’écrire lorsque la Covid-19 est apparue. D’ailleurs, de nombreuses personnes m’ont alors posé la question.

D.L. On y pense forcément. Tu parles de « Nouvelle ère », lorsqu’on évoque un monde ancien et un monde nouveau. Par ailleurs, les thèmes que tu abordes sont ceux d’aujourd’hui, non ? La guerre, la pollution, réchauffement climatique etc...

C : Pour ce qui est de la pandémie, c’est le fruit du hasard, mais les thèmes que j’aborde sont contemporains. De plus, je reste influencée par la Seconde Guerre Mondiale et la capacité de l’Homme à vouloir toujours faire la guerre.

D.L. : On a l’impression dans ton livre que la science et la nature sont elles aussi porteuses d’optimisme. Le penses-tu ?

C : Oui, bien sûr, mais concernant la science et la technologie, il faut y prêter attention, ne pas en abuser mais les utiliser à bon escient.

D.L. : Pourquoi avoir choisi la dystopie comme genre littéraire ?

C : C’est un genre que j’adore, que je lis. J’aime beaucoup une youtubeuse qui fait des vidéos dystopiques, j’aime son univers. Je n’aime pas montrer que tout est rose.

D.L. : As-tu des références littéraires ou autres ?

C : Littéraires, finalement assez peu, cinématographiques oui, mais je suis assez peu influencée par des œuvres déjà existantes. En revanche, je suis influencée par des atmosphères, des décors futuristes par exemple. J’ai adoré le livre d’Elisabeth LaBan « Sujet : Tragédie ». Au collège, je n’étais pas une grande lectrice, mais c’est une professeure de Français, Mme Rousseau qui, par les livres qu’elle nous donnait à lire, a révélé mon intérêt pour la lecture : Bram Stocker, Jules Verne etc… et l’écriture.

D.L. : Es-tu quelqu’un plutôt optimiste ou plutôt pessimiste ?

C : Ça dépend. Je crois en l’Humanité, mais les individus qui la forment, n’ont pas toujours de bonnes intentions. C’est contrasté.

D.L. : On imagine que tes études t’ont influencé.

C : Oui, en psychologie, l’idée que l’on ne peut réellement soigner les patients m’a choqué, l’idée de la rechute. Ne pas pouvoir soigner, mais juste apporter un mieux-être, ne me suffit pas. Ça n’aide pas à être optimiste !

D.L. : Y aura-t-il une suite à « Nouvelle ère » ?

C : Oui, mais ce n’est qu’à l’état de gestation, ça mûrit. Une rébellion va avoir lieu dans la sphère contre le gouverneur véritable dictateur. On y retrouvera les héros de « Nouvelle ère ». En tout il y aura 4 tomes avec une nouvelle qui s’appellera « Sisyphe » qui reviendra aux origines de ce qui se passe dans « Nouvelle ère ».

Un grand merci à Cheyenne et un grand bravo de la part de toute l'équipe du collège Marcel Pagnol de Betz et en particulier du Défi Lecture et de l'AEC. En attendant la suite...

Cheyenne, ancienne élève de l’AEC nous présente son premier roman : « Nouvelle Ere »
Retour aux sources...
Retour aux sources...

Retour aux sources...

Partager cet article
Repost0
2 mars 2021 2 02 /03 /mars /2021 16:50

Partager cet article
Repost0
2 mars 2021 2 02 /03 /mars /2021 16:46
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'AEC"Archéo-Blockhaus" du collège de Betz
  • : Ce blog a pour but de présenter les travaux effectués par un groupe d'élèves volontaires de 3e participant à une Action Educative et Culturelle (AEC) autour de la ligne Chauvineau et plus largement dans le Valois
  • Contact

Texte libre

Recherche